AG et Fêtes de Pissefontaine le samedi 12 septembre 2020

Les Fêtes de Pissefontaine sont programmées pour le samedi 12 septembre, surveillez nos courriers pour plus de détails et retenez dès à présent cette date dans vos agendas. Les Fêtes sont ouvertes à tous les habitants, voisins et amis de Pissefontaine.

Nous préparons quelques animations dès à présent, que vous découvrirez très bientôt et se cloturera comme chaque année par une soirée musicale et festive. Les contraintes de sécurité seront prises en compte de façon toute particulière cette année et la soirée se déroulera non pas sur la place Corroyer mais chez un nos voisins.

L’Assemblée Générale de notre association Préservons Pissefontaine (PPF) se tiendra à 18H00 ce même samedi 12 septembre. Le lieu vous sera communiqué un peu avant la date. Les candidatures pour s’occuper de l’association sont les bienvenues, le poste de Secrétaire est d’ailleurs ouvert.

Consignes pour un été tranquille

Chers voisins,

Voici venir les vacances d’été et nos consignes de sécurité pour un été serein.

Première consigne: pensez à vos voisins, rendez leur service en leur proposant d’arroser leur jardin, nourrir leur chat, faire un tour régulier pour vérifier que tout va bien pendant leurs vacances… idem si c’est vous qui partez.

Seconde consigne: comme chaque été, la mairie fait une Opération Tranquillité Vacances (https://www.triel-sur-seine.fr/1865-operation-tranquillite-vacances.htm); chacun peut s’inscrire à partir du lien ci-dessus.

Enfin, restez vigilants si vous restez sur Pissefontaine et ayez le réflexe de la police municipale si vous êtes témoins d’actes malveillants. Tel : 01 39 70 27 00 ou 06 03 06 29 75, email: police.municipale@triel.fr ou de l’application Voisins Vigilants (https://www.voisinsvigilants.org/) dont plusieurs de vos voisins sont membres.

Bonne vacances,

Construire ou réhabiliter un logement pour le louer en social, ça peut rapporter gros! (1ère Partie)

Cela semble paradoxal, mais construire ou réhabiliter un logement pour le louer en social, où les loyers sont réglementés et fortement plafonnés, peut rapporter autant sinon plus que de le louer sur le marché dit libre, où les loyers sont plus élevés. Et nous ne parlons pas pour les bailleurs et autres organismes sociaux dont c’est la mission, mais bien de particuliers qui souhaitent investir dans de la pierre, dans du foncier et le louer pour en tirer un revenu.

Vous l’aurez deviné, ce paradoxe tient aux multiples aides, subventions, réductions d’impôts et autres avantages auxquels le social donne droit et qui réduisent l’investissement initial. Ainsi à coût identique, votre investissement est inférieur et donc plus facilement remboursé même par les loyers plafonnés d’un logement social.

Il y a pénurie de logements et c’est bien pour cela que toutes ces aides existent, alors passons outre les préjugés, blocages et ignorances et regardons dans cet article les grandes lignes qui justifient de s’intéresser à un investissement dans le locatif social. Dans cette partie, nous verrons les mécanismes, qui sera suivie d’une 2nde partie plus pratique qui détaillera les démarches à faire.

La situation de Triel sur Seine est favorable à l’investissement en social car nous sommes en zone tendue et avec de fortes incitations à construire des logements sociaux. C’est ce qu’illustre la figure ci-dessous.

Cela s’est traduit par un PLH très tendu qui nous a été imposé par l’état et mis en oeuvre par la mairie à partir de 2014, ainsi qu’un PLU stigmatisant encore plus cette carence de logements sociaux par l’octroie de dérogations importantes pour la réalisation de logements sociaux (moins de parkings, plus de surface construite, obligation d’inclure du social pour les démembrement,…). L’effort demandé en construction de nouveaux logements sur Triel est tel qu’il est quasi certain que l’objectif de 25% de logements sociaux ne sera pas atteint avant 2025 comme le stipule la loi SRU. Cela veut dire que les aides seront prolongées et même amplifiées: une réelle opportunité pour l’investisseur privé.

Donc, si vous possédez un bien, un terrain ou vous rendez acquéreur d’un terrain à batir sur Triel pour en faire un investissement locatif, et bien la recette est claire: projetez un collectif de logements sociaux, un lotissement ou une maison à but social, visez la catégorie la plus haute de loyers PLS (le loyer en PLS n’est en moyenne que 20% plus bas que le loyer libre) et calculez puis montez vos dossiers d’aides et de fiscalité (suivez les liens, celui ci aussi http://www.financement-logement-social.logement.gouv.fr/IMG/pdf/les_aides_financieres_au_logement_edition_2019_0_cle53356f.pdf ).

Il y a aussi une autre possibilité si vous disposez d’un terrain suffisant pour réaliser un programme de plus de 5 logements (minimum nécessaire pour s’associer à un bailleur social), c’est l’Usufruit Locatif Social (USF), un mécanisme élégant qui donne l’usufruit et l’exploitation des locations à un bailleur social pendant une durée limitée entre 9 et 15 ans, et qui vous permet de récupérer la pleine propriété (et la plus-value) au bout de cette période. Encore plus intéressant lorsque vous désirez transmettre la propriété à vos enfants, puisque cette transmission peut se faire en 2 temps, donc à moindre frais!

Cela vous semble complexe? Pas si vous êtes assistés. Contactez notre association sur preservonspissefontaine@gmail.com , le service urbanisme de la mairie, votre notaire, au choix, pour vous guider dans ces démarches. Un gain réel et palpable en sera le résultat, et vos voisins vous seront reconnaissants de les épargner d’un promoteur immobilier qui n’aurait visé que le seul profit, aux dépens de la qualité, aux dépens des intérêts du voisinage.

La suite dans une 2nde partie à venir. Nous rentrerons dans certains détails pratiques: quels organismes pour financer votre projet, quelles aides vous pouvez actionner, comment jouer avec la fiscalité, comment financer votre projet. Pour finalement gagner un revenu conséquent et garanti, tout en aidant votre ville à remplir ses obligations de logements sociaux.

Un été particulier

Une étrange impression que l’été 2020 sera particulier, pas seulement à cause des perturbations que la crise du Covid-19 nous a apporté, pour d’autres raisons aussi.

Avec le 2nd tour des élections municipales et l’élection de Cédric Aoun à la mairie de Triel tout d’abord, porté par l’espoir d’un changement profond de la politique de la ville. Nous aurons noté dans son programme qu’il aura proposé un « moratoire sur les projets immobiliers » puis la création d’une « charte » à l’attention des promoteurs, illustré par quelques exemples plutôt flatteurs sauf que ça ne concernait pas Pissefontaine. Ca ne voudra pas dire que les projets immobiliers sur Pissefontaine seront drastiquement revus à la baisse, pas du tout, au contraire même car n’oublions pas que le PLUi est très agressif en terme de densité de logement, terriblement destructeur potentiellement. La vigilance reste de mise car le maire a un pouvoir considérable sur l’orientation de ces programmes immobiliers et il ne faut pas qu’il reporte la densification sur Pissefontaine dans le but de préserver le seul centre-ville de Triel.

Autre raison, le projet de 24 logements au 8 grande rue semble vouloir repartir et après les travaux de démolition, la construction des 2 bâtiments devrait commencer tout prochainement, en juillet? en août? en septembre? Ce projet immobilier tant décrié et tant combattu par notre association va se faire, de toute façon, une verrue qu’il sera impossible d’effacer, même par un nouveau maire entreprenant.

2nd Tour des Municipales le 28 juin

Restent 3 listes en lice pour un 2nd tour des élections municipales qu’on espère moins catastrophique que le 1er tour du 15 mars, très perturbé à la veille du confinement.

Les candidats restants sont:

Le confinement a été peu propice à la campagne électorale, ni aux alliances, il n’en reste pas moins que notre programme pour Pissefontaine reste notre ligne éditoriale et que chaque liste restante le connait. Dès le 28 mars au soir, nous iront challenger notre futur maire sur ce programme.

Souhaitons que l’abstention sera bien moindre qu’au 1er tour et que tout Pissefontaine ira voter.

Chroniques Vidéo: le Permis de Construire

Les chroniques de Pissefontaine sont de petites vidéos que vous trouverez sur notre chaine YouTube, et qui parlent de sujets locaux.

Nous avons fait une série de 2 vidéos d’une dizaines de minutes sur le Permis de Construire, la première qui raconte notre expérience (malheureuse) des recours contre un projet immobilier https://www.youtube.com/watch?v=bfVwR6yR0H8 , la seconde de la bonne façon de faire une concertation du voisinage avant de se lancer dans un projet immobilier https://www.youtube.com/watch?v=-_9pS9un4gc .

D’autres vidéos viendront régulièrement alimenter cette chaine YouTube. N’hésitez pas à proposer des thèmes!

Des logements collectifs, oui, mais pas n’importe comment!

Pissefontaine verra des logements collectifs se construire au 8 et au 12bis Grande Rue, ainsi que sur la place Corroyer, c’est certain. Notre association bataille depuis plus de 6 ans pour qu’on ne construise pas n’importe quoi, ni n’importe comment, alors on regarde ce qu’il se fait ailleurs et on essaie de s’en inspirer, d’en inspirer notre maire et les promoteurs ou bailleurs. Nous avions déjà regardé un exemple de rénovation d’un batiment en logement sociaux dans un article précédent, on continue donc avec 2 autres exemples de projets immobilier de qualité.

Le premier projet est parisien pour 9 logements sociaux, intéressant car mélant une architecture moderne dans une rue de batiments haussmanniens. C’est osé, mais ça s’intègre bien grâce au travail sur la qualité des matériaux, sur l’esthétique de la façade.

Voilà qui nous inspire pour la « ruine » de la place Corroyer, destinée à être détruite, un jour, et reconstruite pour accueillir 3 ou 4 logements sociaux. Un avant projet datant de quelques années avait été présenté qui optait résolument pour le fonctionnel d’abord et faisait un pari de modernité pour ce futur immeuble donnant sur la place Corroyer, place emblématique de notre quartier. Notre première réaction avait été de souligner les différences de style moderne-ancien, peut-être à reconsidérer au vu de ce projet ci-dessus.

On relèvera aussi que ce projet parisien consiste en 9 logements sur 6 étages sur un peu plus de 500m² de terrain, soit à peu près la même densité de logements que sur les projets de logements sociaux sur Pissefontaine, mais sur 3 fois moins d’étages. Cherchez l’erreur!

Un autre projet de qualité a attiré notre attention, celui d’une rénovation d’une grande batisse historique transformée en un collectif de logements dits « paisibles ».

C’est un projet de prestige, certes, mais Pissefontaine ne vaut il pas un tel projet pour la Roseraie par exemple? Voilà plus de 6 ans que nous bataillons pour que Pissefontaine ne soit pas juste considéré comme un quartier à rasé pour y couler du béton et y entasser une population fragile et ces projets nous motivent à continuer cette lutte.

Chaine de Solidarité sur Pissefontaine: une conclusion?

Il est temps de faire un clap de fin à la Chaine de Solidarité sur Pissefontaine en même temps que le virus du Covid-19 s’éloigne de nous. Non pas que la solidarité s’arrête avec le virus, mais parce que cette Chaine de Solidarité était justifiée par le virus, en espérant que la fameuse « deuxième vague » n’oblige pas à un nouveau confinement.

Car, le vrai moteur de cet élan solidaire n’aura finalement pas été le virus qui nous a semblé vouloir éviter notre quartier, mais le confinement qui nous a obligé à revoir nos habitudes de voisinage. De la meilleure des façons, la preuve à nos promenades quotidiennes, dans nos rues quasi-vides de voitures, de nos rencontres fortuites avec ces voisins qu’on ne connaissait pas.

Si sortir de derrière nos murs a été une bonne chose, que dire des gestes d’attention, d’entraide, des services rendus entre voisins? Et ils ont été nombreux, avec en première ligne vos voisins référents, de vrais « anges gardiens » dont vous disposiez d’un contact! Nous avons tous été l’objet de ces attentions, plus ou moins selon notre désir de partager, notre envie de montrer l’exemple et ne pas sortir de chez soi, mais c’est certain, la solidarité a fonctionné.

Il est certain que notre cadre de vie s’est amélioré depuis la fin du confinement et que s’il y a besoin de remonter une Chaine de Solidarité à nouveau sur Pissefontaine, nous le ferons avec encore plus de célérité, plus de motivation, plus d’envie de s’entraider.

« apéro déconfiné » vendredi 29 mai à 19H

La fête des voisins a traditionnellement lieu fin mai, tout comme nos Fêtes de Pissefontaine que nous devons reporter à septembre/octobre. Mais pas question de manquer une occasion de célébrer le déconfinement et l’entre-aide entre voisins, alors on ne cale sur la « fête des voisins aux balcons » pour un « apéro déconfiné » vendredi 29 mai à 19H.

En quoi ça consiste: dans le même esprit que les apéros confinés, chacun sur son balcon, dans sa cour, devant sa porte ou son portail, trinque à distance avec ses voisins. Chacun son verre, sa boisson, ses cacahouètes et avec respect des gestes barrières. Réservez cette date dans vos agendas!